Comment j’économise 11,9% de carburant grâce à l’éco-conduite !

courbe descendante carburant

L’éco-conduite, vous connaissez ? Moi, depuis que je la pratique, je n’arrête pas de battre des records personnels en roulant toujours plus loin avec un seul plein !

Consommation de carburant réduite de 7 %  la première fois, puis de 11,9 % la deuxième ! Ca semble fou hein ? Et pourtant, je calcule et recalcule, et ces chiffres sont bel et bien exacts ! Je suis parvenue à rouler 55 km de plus avec mon petit plein de 27L – je possède une Smart Fortwo essence de 2007. Aller, je vous explique comment je fais !

Ma technique pour rouler toujours plus loin avec toujours moins de carburant

 route 66

Image : Chuck Coker

L’éco-conduite peut être pratiquée avec tout type de véhicule, que ce soit un moteur essence ou diesel. Cette forme de conduite permet de consommer moins de carburant pour une plus grande distance parcourue en voiture.

Les techniques que j’utilise sont très simples à mettre  en œuvre et peuvent être appliquées dès lors que vous aurez terminé cet article ! Peut-être qu’au début, vous aurez besoin d’y penser pour pratiquer  l’éco-conduite mais les réflexes arrivent ensuite très rapidement !

Anticiper sa conduite

La première règle de l’éco-conduite consiste en la grande vigilance et l’anticipation de la route. En effet, en prenant conscience de la route et des autres utilisateurs, je ne freine plus et n’accélère plus de la même manière.

Lorsque j’approche d’un rond point ou d’un ralentissement par exemple, au lieu de maintenir l’accélérateur et freiner au dernier moment, je le lâche et me laisse porter. Ce n’est qu’à l’abord de la zone que je freine. Ce relâchement de l’accélérateur me permet d’être en « roue libre » et donc de ne pas consommer de carburant, tout en continuant de rouler.

De même, avant de freiner, je rétrograde lorsque le rapport de vitesse est adéquat, ce qui me permet de ralentir et rend donc le temps de freinage moins long. Encore un peu de carburant économisé !

Autre astuce : je prends avantage de la route. Lorsque je suis en descente, je relâche l’accélérateur et me laisse porter. Il m’arrive de parcourir de plutôt longues distances grâce à ce concept et des fois, j’ai même besoin de rétrograder et de freiner. On n’y pense pas assez et je suis toujours surprise de voir que je roule aussi vite en roue libre que lorsque je maintenais l’accélérateur puis que je freinais !

Enfin, lorsque la route est plate et que je suis à l’arrêt, je ne maintiens pas la pédale de frein enclenchée puisque la voiture ne bouge pas. Si je sais que je serai arrêtée pour plus de 30 secondes, je coupe le moteur et économise donc un peu plus le carburant : une astuce royale dans les queues des fast-food. C’est un peu comme si j’avais la technologie Start&Stop, sauf que c’est moi qui éteins et allume le moteur !

Ecouter sa voiture

 casque audio

Pour économiser mon carburant, j’écoute également ma petite voiture et passe les rapports de vitesse au bon moment. Lorsque j’approche des 2,5 tr/min, je sais qu’il est temps de passer le rapport supérieur.

A l’inverse, lorsque l’aiguille est proche de 1,5 tr/min ou bien que je sens que le moteur souffre, je rétrograde. C’est aussi simple que ça et pourtant, cela me permet de faire de belles économies !

Plus de dépassement à moteur criant ou de passages de vitesse trop tardifs, je connais maintenant le bon équilibre de ma voiture !

Les avantages de l’éco-conduite

 addition maths

Image : Jordi Graells

Parlons chiffres, voulez-vous ?

Autrefois, j’effectuais 400km avec 27l, soit une consommation de 6,75l au 100km. Le premier plein avec lequel j’ai appliqué les principes de l’éco-conduite m’a permis d’effectuer 430km environ. Avec une consommation de 6,28l au 100km, j’ai donc réduit ma consommation de carburant de 7%. Pas mal, pour un premier plein !

Le dernier plein en date m’a permis de rouler 455km ! J’ai donc réduit ma consommation de 11,9% grâce à l’éco-conduite ! Je n’en revenais pas ! Pourtant, je n’ai pas particulièrement plus emprunté l’autoroute qu’à l’accoutumée et mes trajets sont restés les mêmes. Cependant, les réflexes de l’éco-conduite se sont peu à peu installés et je conduis donc mieux.

L’éco-conduite permet aussi d’aborder la route d’une manière différente. Je suis moins stressée et plus à l’écoute de ma conduite et des autres utilisateurs de la route. Je fais attention aux abords des ronds points de ne pas arriver trop vite pour avoir le temps de freiner et je suis très alerte vis-à-vis du comportement des autres conducteurs.

Dans les embouteillages, je ne suis plus stressée et évite de d’avancer « pour rien » à chaque fois que la voiture de devant s’éloigne d’un millimètre. Je fais beaucoup plus attention à mon environnement, dans tous les sens du terme !

En conclusion, je dirais que l’éco-conduite a changé ma manière de rouler : plus calme, plus attentive et plus anticipatrice. Je fais également du bien à la planète en consommant autant de carburant pour de plus longues distances – mais ce n’est pas pour cela que je prends davantage mon auto J – et bien sûr, je fais du bien à mon porte monnaie ! J’en viens à faire un plein tous les mois : génial pour moi qui déteste faire l’essence et toucher tous les microbes qui se trouvent sur le tuyau !

Alors, est-ce-que cet article, chiffres à l’appui, vous donne envie de commencer l’éco-conduite ? 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *