Lasagnes au cheval : Findus met la charrue avant les boeufs !

Qu’est-il arrivé à Findus ? On se souvient pourtant de l’attachement qu’on avait pour la marque : les poissons panés délicieusement croustillants, la pub Croustibat qui passait à la télé en 1996 un soir d’hiver avant le journal de 20h de PPDA… Désormais, c’est la crise, Croustibat s’est transformé en requin capitaliste et personne ne peut le battre. Depuis le début de semaine, des restes de chevaux ont été découverts dans des produits surgelés, étiquetés boeuf chez Findus & Co. Alors pourquoi sur Auto Moto N’Co, on fait de cet article notre cheval de bataille ? Car nos sympathiques équidés sont avant tout de formidables moyens de locomotion… Et quand on remonte aux sources de ce vaste réseau scandaleux, on tombe sur une sombre histoire de charrue ! Une double raison d’en faire un article spécial bonnet d’âne contre les dirigeants de cet étiquetage douteux.

Des lasagnes goût avoine : hécatombe en Roumanie

D’après José Bové, interrogé sur le site TF1 News, l’interdiction des charrettes en Roumanie a provoqué une redistribution des cartes dans le milieu équestre : des chevaux au chômage et c’est l’abattoir direct ! Un pactole pour les multinationales.

En Roumanie, il y a une loi qui a été votée et mise en œuvre en 2009-2010 pour interdire la circulation des charrettes sur les routes. Cela a entraîné des amendes de 125 euros, soit la moitié d’un salaire mensuel. Les gens se sont donc débarrassés de leurs chevaux et les ont revendus à des marchands peu scrupuleux. La production de viande équine a été multipliée par trois. Ces animaux de trait se sont retrouvés sur le marché et l’on fait plonger entre 50 centimes et 1 euro le kilo !

Curieuse réforme de nos amis roumains ! Le cheval pourtant, c’est de l’éco conduite, concurrent à sa manière de l’or noir : plus de chevaux sur les routes, moins de voitures polluantes. Mais voilà, sous prétexte d’éviter aux chevaux de se faire piétiner par un bolide tout droit sorti de Ghost Rider, la fin des charrues a précipité la mise en barquette de millions d’équidés. C’est sympa de leur laisser le choix : mourir écartelé ou piétiné. La loi roumaine directement en cause, cela semble peut-être tirer par les « chevaux », mais pourtant, elle est bel et bien l’une des raisons du faible prix de la viande de cheval depuis quelques années. Cette chevauchée horrifique vers le bas de gamme fait froid dans le dos. Si l’Europe veut regagner la confiance de ses dirigeants, il faudrait peut être qu’il ménage leur monture et remette le pied à l’étrier dans la bonne direction : meilleur étiquetage, meilleure traçabilité et économie alternative. Pour que le cheval retrouve de sa superbe.

Bonus : pour finir cet article sur une note un petit plus « positive »… Voici les 3 meilleures images de détournements du cheval Findus.

film

martine

lasgne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *