Les 5 erreurs qui vous font perdre des points sur la route …

Qui peut prétendre n’avoir jamais reçu de PV ou se vanter d’une conduite parfaite sur la route. Personne. Enfin si, ceux qui ont troqués il y a bien longtemps leurs 4 roues pour le transport en commun ou bien la marche à pied. Pour tous les autres, l’automobile reste un outil précieux et souvent le seul moyen de pouvoir se rendre au travail à l’heure après avoir déposé sa progéniture à l’école. La grande majorité des personnes qui s’inscrivent pour des stages de récupération de points de permis de conduire ne sont pas des délinquants de la route comme aiment les désigner les médias. Ce sont simplement des automobilistes qui généralement conduisent beaucoup et ont acquis au fil des années des réflexes et des habitudes inappropriées.

Bien évidemment, les conseils que nous vous présentons ici ne vont pas vous permettre de changer radicalement votre comportement sur les routes et de devenir en moins d’une semaine l’automobiliste modèle mais une prise de conscience progressive vous assurera à moyen terme de préserver votre permis et votre vie.

1/ « Allo, je passe sous un tunnel »

On ne le souligne jamais assez mais le téléphone est un véritable piège à points. Outre le fait qu’il engendre des comportements dangereux (baisse de la vigilance et de la concentration, mauvaise mémorisation des panneaux, confusion dans la couleur des feux,…), on n’imagine jamais que le mobile sera la cause de l’annulation de son permis. Et pourtant les statistiques sont sans appel : Et n’espérez pas compter sur le kit main libre ou l’oreillette pour avoir une concentration à toute épreuve. Non, les chiffres le prouvent et les scientifiques sont catégoriques : au téléphone les risques d’accident s’envolent. « Mais c’est la même chose lorsqu’on discute avec un passager ?  » me direz-vous ! Non, tout simplement parce que la personne assise à vos côtés peut interrompre la discussion en fonction de ce qu’il se passe sur la route et même vous alerter d’un danger imminent que vous n’auriez pas aperçu, ce qui est parfaitement impossible pour l’interlocuteur que vous avez au bout du fil. On dit qu’un coup de fil peut sauver une vie, ici c’est l‘inverse qui risque de se produire !

2/ « Allez, un dernier pour la route ! « 

« Mais non, t’inquiète pas je tiens bien l’alcool, j’ai l’habitude ! « . Combien de fois peut-on entendre cette rengaine avant la fermeture d’un bistrot ou à la fin d’une soirée arrosée entre amis. Pourtant, et malheureusement trop souvent, c’est dans la rubrique « Faits Divers » de nos journaux que nous retrouvons le lendemain ces personnes qui la veille paraissaient bien sûr d’elles. Et ce ne sont pas des alcooliques qui causent ces accidents. Non, dans 85% des accidents mortels liés à alcool, les responsables sont des buveurs occasionnels autant dire Monsieur Tout le monde. Et les jeunes sont particulièrement exposés notamment le week end.

Outre le fait qu’il n’est désormais plus nécessaire de démontrer qu’une conduite sous alcool est suicidaire, c’estvotre permis et son capital de points qui risquent d’avoir la gueule de bois. Sachez pour mémoire que le taux d’alcool maximum autorisé est de 0.5 gramme par litre de sang et que si vous êtes contrôlé positif c’est 6 points de moins sur votre permis de conduire.

3/ « T’en veux… « 

Pour le cannabis, les effets peuvent être aussi dévastateurs que l’alcool et vous risquez de vous retrouvez en plus dans une cellule de 9 m² avec un colocataire que vous n’aurez pas choisi pendant 2ans. Le jeu en vaut-il la chandelle ?  Attention, si la consommation de cannabis est couplé avec de l’alcool là c’est le gros lot : 3 ans d’emprisonnement et la modique somme de 9000 euros d‘amende.

4/ « Vous êtes fatigués »

Contrairement à ce que dit la chanson de Soma Riba, il ne suffit pas de quelques pas de danses improvisés pour se retrouver en pleine forme. Non, la fatigue est à prendre au sérieux et contre laquelle il est difficile de lutter.

Nos vies sédentarisés, le stess, des journées surchargées, le manque de sommeil, tout ces facteurs amènent souvent nos organismes à souffrir. Les coups de fatigues vous guettent et pointent le bout de leur nez lorsque vous vous y attendez le moins : au volant. Et là les conséquences peuvent être très graves. L’hypovigilance et la somnolence se traduisent par le manque de coordination, l’irritabilité, la diminution des réflexes, l’endormissement…  et sont à l’origine de 1/3 des accidents mortels sur autoroute. Les premiers signes sont facilement décelables : crispation du coup et de l’épaule, picotement des yeux, besoin de changer de position en permanence,… La seule solution : s’arrêter sur une aire de repos ou en rase campagne pour faire une ptite sieste. Bien souvent 10 mn suffisent pour recharger les batteries et repartir en pleine forme. Vous verrez, la sieste est un vrai plaisir et alors que dans des pays comme la Grèce ou l’Espagne c’est une véritable institution, chez nous on trouve toujours l’argument du manque de temps comme prétexte pour ne pas la faire. Une étude récente à montré que les français manquaient de sommeil et qu’un petit somme après le déjeuner pourrait permettre de remédier à ça. N’oubliez pas qu’une sieste efficace ne doit pas durer plus de 20 mn et cet instant de décontraction vous permettra de gagner en productivité et en efficacité au travail.

5/ « Avez-vous pris vos médocs ? « 

On y pense trop peu souvent mais les médicaments entrent dans les statistiques des accidents de la route. Prêtez-y attention si vous êtes sous psychotropes (tranquillisants, anti-dépresseurs, neuroleptiques), codéine (antitussifs, antalgiques) certains anti-nauséeux et antihistaminiques (traitement des allergies). Reportez vous à la notice ou à l’emballage de vos médicaments. En effet, depuis 1999, l’industrie pharmaceutique doit apposer sur les boites un icône symbolisé par une voiture dans un panneau d’interdiction.

Réduisant ainsi votre vigilance et votre concentration, ces produits sont responsables de nombreuses infractions qui entrainent la perte de points : on oublie de boucler sa ceinture de sécurité, on n’est pas vigilant sur la vitesse, pressé d’arriver chez soi on passe alors que le feu est rouge,…

Voilà quelques précautions à prendre si vous ne voulez voir votre capital de points fondre comme neige au soleil. Quand bien même il vous est possible d’assister à un stage permis à points pour récupérer 4 points tous les 2 ans, sachez qu’avec des comportements inappropriés, vous pouvez très rapidement vous retrouver avec un permis annulé. Anticipez en prenant les devants et en adoptant une conduite responsable seule garante de votre sécurité, de celle des autres et de votre portefeuille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *