Les insolites de la destruction de radars

Cet article récapitule les manières les plus hors du commun qu’ont mis en place certains vandales pour détruire les radars fixes qui bordent nos routes. Pour rappel, les radars automatiques  sont la propriété de l’Etat français et toute destruction peut entrainer jusqu’à 45000 euros d’amende ainsi que 3 ans de prison ferme. Pour exemple, en 2009, un automobiliste de 29 ans a été pris en flagrant délit de destruction de radar : il a écopé de 8 mois de prison ferme. Cet article n’a donc pas pour but d’inciter à la destruction. Il relate juste des faits constatés.

1. La destruction à l’explosif

C’est l’un des moyen les plus courants utilisés par les vandales. Ils fabriquent eux-mêmes des bombes artisanales pour détruire les radars. Cette méthode est de plus en plus fréquente mais également la plus dangereuse. En effet, un postier de 29 ans a eu les 2 mains arrachées suite à la fabrication d’explosif artisanal dans son appartement. Ce dernier s’est d’ailleurs déclaré membre de la FNAR, entendez Fraction Armée Nationaliste Révolutionnaire ou Front National Anti Radar. Certains n’ont pas froid aux yeux et seraient prêts à tout pour ne pas payer de PV !

2. La tronçonneuse

Oui c’est bien ça ! Une tronçonneuse ! Certains adoptent une méthode beaucoup plus « voyante ». On ne peut pas être discret en tronçonnant un radar !! Et pourtant cela s’est produit plusieurs fois depuis la mise en place des radars fixes. En 2011 sur l’A31 en Moselle, un radar a été détruit à la tronçonneuse à disque thermique ! Et ce radar était situé… au milieu de l’autoroute , sur le terre-plein central. La machine mise en cause faisait partie des radars les plus actifs de France. Le ou les auteurs du larcin n’ont pas été appréhendés.

3. Le chalumeau

Même constat que pour la tronçonneuse : le chalumeau ne fait pas partie des moyens d’opérer les plus discrets. Ainsi, les gendarmes de Nantua, alors qu’ils patrouillaient, sont alertés par une voiture positionnée à proximité d’un radar (moteur en marche et phares allumés pour compléter la panoplie de la discrétion). Intrigués par le véhicule, les policiers décident de descendre de voiture et voient des étincelles jaillir du pied du radar. Ils constatent que l’homme est tout simplement en train de découper le pied du radar au chalumeau. L’homme, âgé de 46 ans, a déclaré en avoir marre de se faire flashé et de ne plus avoir de points sur son permis de conduire. La perte de points devenait trop fréquente. Il a donc décidé d’employer les grands moyens. Il a aussi avoué avoir découpé un autre radar dans la nuit. Jugé en comparution immédiate, il a été condamné à verser une amende de 1200 euros et a dû effectuer un stage de sensibilisation à la sécurité routière.

4. La voiture bélier

Assurément, il s’agit du moyen de destruction le plus coûteux puisqu’il faut, vous l’aurez compris une voiture. Souvent utilisée par les malfaiteurs dans les braquages de banque, la voiture bélier a, cette fois ci, servi à la destruction d’un radar fixe situé en plein cœur de Toulouse. L’appareil, situé sur le poteau d’une avenue de la ville rose a été asséné de plusieurs coups de voiture bélier (qui avait été volée auparavant). Le véhicule a ensuite été incendié et détruit. Les deux auteurs de la destruction ont été interpellés. Ils avaient tous les deux…15 ans.

 

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *