Marseille : capitale du bouchon en France

000_par1736757_0

Le fabricant hollandais d’outils de navigation GPS TomTom a livré les résultats d’une étude menée sur les embouteillages dans l’Hexagone. Marseille, capitale de la Culture 2013, a également été élue « ville la plus embouteillée de France » pour l’année 2012.

Une semaine par an dans les bouchons

Les Marseillais ne sont pas réputés pour leur délicatesse au volant mais pour une conduite qui ferait plus penser au film Drive. Tout cela serait presque pardonnable lorsque l’on découvre que la capitale du Pastis est également la ville la plus embouteillée de France. Pour faire simple, un trajet sera 40% plus long dans les bouchons marseillais que lorsque le trafic est fluide, contre 33% à Paris. Ce pourcentage, appelé « indice de congestion » peut grimper à 77% en heure de pointe.

Ainsi, un trajet d’une heure par trafic fluide se verra allongé à 1h46 minutes aux heures les plus embouteillées de la journée. Si l’on considère une base de 30 minutes de conduite par jour et par individu, les Marseillais perdent quasiment 180 heures par an dans les bouchons ; ce qui équivaut à une semaine entière bloqués dans la jungle urbaine!

Capture22

Ces embouteillages sans fin rappellent le problème des polluants. Un sujet d’autant plus d’actualité que les chercheurs s’interrogent sur une possible pollution automobile plus nocive que la cigarette.

Marseille au 4ème rang mondial

Marseille réalise un résultat tout aussi alarmant à l’échelle mondiale où elle se place au 4ème rang, derrière Moscou, Istanbul et Varsovie. Ces résultats sont à pondérer : TomTom ne dispose d’aucun chiffre concernant les villes asiatiques que l’on sait fortement embouteillées. Moscou, première du classement, affiche un indice de congestion de 138% en heure de pointe, soit quasiment le double du résultat marseillais. Un trajet d’une heure dans la capitale moscovite en pleine affluence peut vous coûter 2h14 de patience… Voilà de quoi rassurer nos amis marseillais !

Le dicton est bien connu : « Le temps, c’est de l’argent » et une récente étude a indiqué le coût réel d’une heure passée à attendre dans les bouchons. Au niveau national, ce coût est estimé à environ 9,50 euros, ou 11,70 euros si l’on est pris dans les embouteillages parisiens. Ces coûts traduisent les heures de travail perdues ainsi que la surconsommation de carburant engendrée par une circulation ralentie.

Cette 4ème place fait néanmoins preuve d’une belle avancée pour la Cité phocéenne, classée 3ème ville mondiale du bouchon pour l’année 2011. Les Marseillais sont quand même loin d’être à quatre roues du bonheur!

Vers la fin des bouchons marseillais ?

Au moment où l’on se dit que la sardine a bel et bien bouché le port, ou plutôt la route des marseillais, il semblerait que la bataille contre les bouchons soit lancée sous l’œil bienveillant de la Bonne Mère.

Les embouteillages constatés ces dernières années sont également le fruit d’une politique de grands travaux dans la Cité phocéenne, visant une profonde amélioration du trafic. Un immense projet de rénovation de l’espace urbain est en cours et, en attendant d’en constater les bénéfices, perturbe de nombreux axes routiers de la ville.

La piétonisation de certains quartiers, comme celui du Vieux-Port, apporte son lot de contraintes pour les automobilistes marseillais. La rénovation de l’espace urbain ou « Projet Euroméditerranée » s’accompagne d’une réelle volonté de développer l’offre de transports en commun existante. Tramway, Metro, Bus, « Vélo » ou encore un service de type AutoLib’, les marseillais n’ont que l’embarras du choix pour se déplacer dans la ville, en attendant un service de location de voiture volante… Un réseau de transports routiers desservant tout le territoire départemental et régional, en bus ou en train, est également à la disposition des provençaux.

Espérons que la Capitale de la Culture 2013 gagnera un jour la guerre des bouchons !

Conseils « anti-bouchons »

Les automobilistes connaissent déjà quelques notions d’éco-conduite; mais pour éviter la création d’embouteillages ou aider à minimiser un bouchon déjà formé, voici les principaux conseils à retenir :

-          Roulez à vitesse constante

Une allure constante permet à l’automobiliste qui vous suit de ne pas changer d’allure face à vos freinages intempestifs.

-          Gardez vos distances

Prenez soin de garder vos distances avec le véhicule qui se trouve devant vous. Cette distance de sécurité couplée au temps de réaction vous permettra d’éviter l’accident en cas de freinage d’urgence.

-          Evitez les changements de file

Evitez tout changement de file inutile afin de ne pas perturber l’allure du véhicule qui vous suit et de ne pas obliger l’automobiliste à effectuer des freinages appuyés pour palier à vos changements de direction.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *