Nouveau permis de conduire : ce qui va changer !

Nouvelle étape dans la réforme du permis de conduire. Les nouvelles épreuves seront généralisées d’ici au printemps prochain. Le gouvernement promet un nouveau permis « moins long, moins cher et plus sûr ». Un an après le lancement de la réforme, 30 nouveaux inspecteurs ont été recrutés, mais les changements ne sont pas encore visibles. Jeudi 7 janvier, le secrétaire d’Etat aux Transports, Dominique Bussereau a présenté les nouvelles épreuves. Concrètement, c’est un grand toilettage mais pas une révolution. Retrouvez toutes les infos en détail de ce qui va changer avec le nouveau permis de conduire.

Code : exit les questions pièges

L’épreuve du code de la route comportera toujours 40 questions. Mais celles, un peu pièges, ont été supprimées. Et des questions liées à des nouvelles thématiques comme l’éco conduite et les reflexes à avoir face aux tramways, aux deux roues et aux voitures électriques ont été introduites.

Conduite : on compte les points

Concernant l’examen pratique, fini le créneau éliminatoire. C’est le comportement général du futur conducteur qui sera évalué. Pour l’épreuve de conduite, le gouvernement entend en effet passer « d’une logique d’erreurs à une de compétences ». Désormais, le candidat obtiendra donc une note et il lui faudra 20 points pour réussir l’examen.

Enfin, plus besoin d’avoir 16 ans pour profiter de la conduite accompagnée. Les plus de 18 ans pourront également apprendre à conduire auprès d’un conducteur expérimenté, avec la création de « la conduite supervisée », un apprentissage rapide et surtout moins stressant. Et ça marche… le taux de réussite après une conduite accompagnée est de 70%, au lieu de 50% habituellement.

« Ne pas s’attendre à des miracles »

Des changements qui ne rendent pas pour autant le permis plus facile à obtenir, à en croire Christophe Nauwelaers, responsable de l’Unsa-éducation routière : « Passer du relevé d’erreurs à un bilan de compétences, où on attribue des points au fur et à mesure du déroulement du parcours, c’est effectivement positif. Mais il ne faut quand même pas s’attendre à des miracles. Les fautes lourdes qui ne permettent pas l’obtention du permis de conduire resteront les mêmes. D’après les tests effectués entre octobre et novembre, on peut se rendre compte d’une légère augmentation du taux de réussite, de 2-3%. »

Source: RMC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *