Roule Titine !
Image default
Acheter et vendre un véhicule

Revente d’un véhicule : suivez le guide

La cession d’une voiture sur le marché de l’occasion ne s’improvise en aucune manière. Si vous êtes sur le point de vous lancer dans ce type de projet, vous devez suivre quelques étapes. Découvrez quelques conseils qui vous aideront à vendre votre véhicule.

L’estimation du véhicule : l’étape primordiale pour la vente

La revente d’un véhicule commence par l’estimation de celui-ci. En d’autres termes, il est utile d’en connaître exactement la valeur afin que vous puissiez par la suite le proposer au tarif le plus juste. En faisant l’impasse sur cette étape primordiale, vous serez probablement tenté de surestimer votre auto pour ainsi en tirer le maximum de bénéfices. C’est d’autant plus vrai si elle revêt une dimension affective ou dans le cas où vous vous persuadez que sa valeur est élevée.

Cependant, un véhicule d’occasion dont le prix va bien au-delà de la réalité du marché risque de ne pas trouver preneur, ce qui vous obligera à revoir à la baisse le prix fixé initialement. A contrario, s’il est sous-estimé, il risque de susciter une appréhension chez les prospects ou bien de se vendre à un prix qui ne reflète pas du tout sa valeur. Ainsi, nous vous recommandons de faire l’estimation de reprise de votre véhicule par un professionnel, qu’il s’agisse d’un mandataire, d’un concessionnaire ou d’une plateforme spécialisée en vente de voiture en ligne.

Comment se déroule l’estimation de reprise par un professionnel ?

Le repreneur auto professionnel vous demande dans un premier temps quelques informations sur vous (civilité, nom, prénom, e-mail, code postal, numéro de téléphone…) et sur votre auto (marque, modèle précis, date de mise en circulation, kilométrage, numéro d’immatriculation…). Cela se fait via un formulaire d’estimation en ligne disponible sur son site internet, via un appel téléphonique ou directement au sein de son agence.

Dans les deux premiers cas, le professionnel vous convie dans son showroom après avoir réalisé une première estimation sur la base des informations que vous lui avez transmises. Lors de ce rendez-vous, il se charge d’expertiser en profondeur votre voiture afin d’évaluer entre autres l’état de sa carrosserie, des éléments mécaniques/électriques et des équipements. Si vous ne pouvez pas vous déplacer, alors il enverra un expert chez vous. Après tout cela, vous recevez immédiatement une offre de rachat accompagnée des informations relatives à l’estimation de votre voiture ainsi qu’à l’expertise.

A lire aussi :   Voiture d’occasion en Allemagne : que faire pour en acheter une ?

estimation voiture d'occasion pour reprise

Lors de sa formulation, le professionnel a tenu compte de la cote Argus réelle du véhicule, de même que la valeur marchande des modèles similaires. Si elle vous convient, il ne vous reste plus qu’à la signer pour finaliser la transaction. Vous recevrez par la suite le paiement de votre ancien véhicule sur votre compte bancaire. Dans le cas contraire, vous pouvez tenter de jouer la carte de la négociation. Au cas où cela n’aurait pas porté ses fruits, alors vous n’avez qu’à vous orienter vers un autre professionnel. Pour trouver l’offre la plus intéressante, il est opportun de mettre en concurrence plusieurs repreneurs auto.

L’intérêt de faire reprendre votre voiture par un professionnel

La reprise auto vous permet de revendre rapidement votre voiture, et ce, avec le minimum de contraintes. Vous n’aurez ni à déposer d’annonces sur différents supports ni à attendre longtemps pour rencontrer de potentiels acheteurs. Qui plus est, le procès-verbal de contrôle technique de moins de 6 mois n’est pas obligatoire si votre véhicule est âgé de plus de quatre ans. Vous n’aurez par ailleurs aucune démarche administrative à accomplir, car le professionnel s’occupera de tout. Au cas où un problème surviendrait après la transaction, ce dernier ne pourra pas se retourner contre vous. Opter pour la reprise auto, c’est par conséquent choisir la simplicité et la tranquillité d’esprit. Vous pourrez vous libérer de tâches aussi anxiogènes que chronophages liées à la vente entre particuliers tout en étant protégé contre les conflits et escroqueries en tout genre.

Revente d’un véhicule : les démarches administratives

Si vous préférez miser sur la transaction entre particuliers, vous êtes tout de même tenu d’estimer en amont votre voiture. Il est recommandé de faire appel à un spécialiste en la matière pour que l’estimation de votre véhicule soit la plus précise et la plus réaliste possible. Au-delà des différents préparatifs, il vous faudra prendre en charge l’ensemble des démarches administratives liées à la revente. Il est question de vérifier en premier lieu que vous êtes bel et bien le propriétaire légal de la voiture à céder. Assurez-vous par la suite que son certificat d’immatriculation est bien à jour.

Le point sur le contrôle technique périodique

Dans le cas où votre automobile a plus de quatre ans, vérifiez que le dernier contrôle technique périodique auquel elle a été soumise date de moins de 6 mois. Si c’est le cas, alors il convient d’en remettre le procès-verbal et, le cas échéant, celui de la contre-visite à l’acquéreur le moment venu. A contrario, le véhicule devra faire l’objet d’un nouveau contrôle technique complet. Tout d’abord, pensez à le faire diagnostiquer pour mettre toutes les chances de votre côté. Si l’issue de cette inspection obligatoire est favorable, vous vous verrez attribuer un procès-verbal de contrôle technique. Dans le cas contraire, les défaillances décelées doivent être réparées. Ces réparations seront obligatoirement suivies d’une contre-visite.

A lire aussi :   Quand faut-il acheter une nouvelle voiture ?

Celles qui sont qualifiées de critiques doivent être réalisées sur-le-champ. En revanche, vous disposez d’un délai de deux mois pour réaliser celles qui ne le sont pas. Dans le second cas, deux options s’offrent à vous. La première consiste à faire réparer votre véhicule, passer la contre-visite et remettre à l’acquéreur le PV de cette dernière et celui de l’inspection initiale. Quant à la seconde, il s’agit de vendre en l’état la voiture avant l’expiration du délai de 2 mois, auquel cas, ce sera l’acheteur qui passera la contre-visite après avoir fait réparer l’auto à ses frais. Si les 60 jours se sont écoulés sans que l’auto ait trouvé preneur, vous serez contraint de refaire une visite technique complète.

Qu’en est-il du certificat de non-gage ?

Lors de l’étape qui suit, vous devez faire une demande de certificat de non-gage ou CSA (certificat de situation administrative). C’est l’un des justificatifs à remettre impérativement à l’acheteur. La loi en vigueur veut qu’il date de moins de 15 jours. Délivré par le ministère de l’Intérieur, il précise l’ensemble des détails concernant la situation administrative d’un véhicule proposé à la vente. Il montre de ce fait la présence ou non d’un gage au profit d’un créancier ou d’une OTCI (opposition au transfert du certificat d’immatriculation). Sa demande se fait directement en ligne sur Histovec, auprès du SIV ou par le biais d’un prestataire agréé. Si jamais vous ne parvenez pas à l’obtenir, vous devez régulariser au plus vite la situation administrative de votre voiture, si celle-ci est gagée ou si un tiers est contre sa revente. Vous pourrez ensuite faire une nouvelle demande de CSA.

estimation voiture d'occasion en ligne

Focus sur le certificat de cession du véhicule

La déclaration de cession est aussi l’une des formalités administratives obligatoires dans le cadre de la revente d’une voiture, comme le précise l’article R322-4 du Code de la route. Vous pouvez l’accomplir vous-même ou passer par un professionnel agréé et habilité. Son but consiste dans tous les cas à enregistrer la cession sur le site internet de l’ANTS (Agence nationale des titres sécurisés). Différents justificatifs sont requis parmi lesquels figure le certificat de cession (formulaire 15776*02). Téléchargeable sur le site officiel de l’administration française, ce document atteste le changement de propriétaire d’une automobile d’occasion. Le jour de la cession, il doit être rempli et signé par vous ainsi que par l’acheteur. Vous en conservez l’exemplaire n° 1 et en remettez le second au nouveau propriétaire.

A lire aussi :   Comment vendre votre voiture à la casse et en tirer le meilleur parti

Une fois la déclaration de vente effectuée, vous recevez un code de cession dont la validité est de 15 jours. Celui-ci doit être transmis à l’acheteur pour qu’il puisse engager les formalités permettant l’obtention d’une nouvelle carte grise. Dès la finalisation de la transaction, vous devez barrer le certificat d’immatriculation de votre ancien véhicule. Il s’agit ensuite de mentionner dessus de façon inaltérable et visible la mention « vendu le [accompagnée de la date et l’heure de la vente] », puis le signer. Vous n’avez plus qu’à le donner au nouveau propriétaire avec les autres justificatifs. On peut notamment citer le second exemplaire de la déclaration de vente, le code de cession, le CSA, le PV du contrôle technique de moins de 6 mois…

A LIRE AUSSI

Comment faire pour qu’un prêt automobile que j’ai cosigné ne soit pas comptabilisé comme ma dette ?

Nolwenn de la Ghesquière

Comment acheter une voiture à un vendeur privé

Comment gagner de l’argent en faisant tourner des voitures

Nolwenn de la Ghesquière

Laissez un commentaire