Le triangle est-il dangereux ?

La campagne de communication lancée l’année dernière autour du triangle de signalisation et du gilet jaune a été un véritable succès. On y voyait le célèbre couturier Karl Lagerfeld qui avait quitté les podiums et les paillettes, venir vanter les mérites de l’accessoire fluorescent sur le bord d’une départementale. Aujourd’hui, vous êtes la quasi-totalité à en être équipés, certains ont en même fait un outil de décoration en l’arborant sur le siège passager.

Mais depuis quelques semaines, une polémique enfle. Le triangle à une mauvais stabilité au sol vous obligeant souvent à revenir sur la bande d’arrêt d’urgence pour le remettre en place frôlant ainsi les véhicules qui passent à quelques centimètres.

Alors, ce fameux triangle dont l’objectif est d’économiser des vies, ne devient-il pas  contre productif ?  Les autorités n’ont-elles pas fait preuve de précipitation oubliant ainsi de réaliser des tests sur le terrain ? Depuis plusieurs années, le permis à points et la sécurité routière sont au centre des préoccupations au plus haut niveau mais il ne faut pas confondre vitesse et précipitation.

Mercredi 4 mars, la Société des Autoroutes Paris-Normandie déclarait que l’utilisation du triangle rouge était déconseillée sur son réseau et rappelait que l’espérance de vie sur la bande d’arrêt d’urgence (BAU) se limitait à 20 mn. De son côté l’association 40 Millions d’Automobilistes soulignait l’incohérence des textes et la nécessité de clarifier la loi dans les plus brefs délais.

Devant cette confusion généralisée, le secrétaire d’état chargé des Transports Dominique Bussereau à tenu à rappelé quelques règles de bon sens : depuis le 30 octobre 2008 l’automobiliste à l’obligation de déposer le triangle de signalisation 30 mètres derrière son véhicule sauf « si cela met la vie du conducteur en danger » et d’ajouter « il ne faut pas circuler sur la bande d’arrêt d’urgence et donc ne pas y déposer le triangle ». Le secrétaire d’état à terminé en précisant qu’il était nécessaire aujourd’hui de remettre les articles du code dans le bons sens et qu’une modification des textes pourrait se faire incessamment sous peu.

Si les choses sont désormais claires pour les autoroutes, qu’en est-il pour le réseau routier secondaire ? D’aucuns savent que certaines départementales et nationales sont très dangereuses et s’aventurer sur les bords de ces voies est aussi voire plus dangereux que sur une BAU. Alors ayez un comportement responsable et sachez apprécier le danger chaque situation : n’allez pas risquer votre vie pour éviter une amende de 135 euros surtout qu’il ne vous en coutera aucun point de permis.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *