Voiture neuve ou voiture d’occasion : comment s’y retrouver en temps de crise ?

Votre cœur balance entre un véhicule d’occasion et une voiture neuve. On vous comprend !

D’après le baromètre AramisAuto publié en juin 2013, la voiture n’est plus un signe de réussite, ni un objet de rêve ou de plaisir. Pour 46% d’entre nous, une voiture, c’est désormais juste une… voiture. Elle doit être fonctionnelle avant de véhiculer du rêve. La faute à la crise financière et au pouvoir d’achat en baisse. Pour sortir la tête de l’eau, les constructeurs automobiles bradent les prix, et c’est le moment ou jamais de vous procurer des voitures neuves ou des voitures d’occasions à moindre frais.

Voitures neuves : jusqu’à 35% de remise sur certains modèles

L’odeur du neuf, un kilométrage à zéro… Il semble loin le temps où les automobilistes français pouvaient s’offrir cette chance. Acheter une voiture neuve rebute de plus en plus de conducteurs. Les immatriculations de voitures neuves ont chuté de 10,3% à 148 554 exemplaires au mois de mai. D’après le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), la baisse depuis le début de l’année 2013 est de 11,9% par rapport aux cinq premiers mois de l’année 2012, un constat accablant. Les causes sont multiples : la crise économique, et les dépenses de plus en plus couteuses pour entretenir son véhicule.

En 2012, nous avons par exemple dépensé en moyenne 6049€ euros pour posséder, utiliser et entretenir une voiture essence. Un chiffre stratosphérique en progression de 1,2% par rapport à 2011 comme le souligne un rapport de l’Automobile Club Association (ACA). Pour le diesel, le chiffre est encore plus alarmant : malgré des prix à la pompe moins élevé que l’essence, le budget annuel d’une voiture diesel a explosé de plus de 4,4% ! On est passé d’un budget de 7991€ en 2012 contre 7654€ en 2011. Assurances, pv insolites, flambée du prix du pétrole… Avoir une voiture devient un luxe.

Le plus grave dans tout cela, c’est que l’on dépense plus pour rouler moins.

En 2012, une voiture essence a roulé en moyenne 8751 km en 2012 contre 9022 km en 2011. Une baisse de 3% !

Dans ce climat de morosité, le prix des voitures neuves n’a jamais été aussi faible. Du coup, il est de bon ton de demander une ristourne plus importante qu’à l’accoutumée aux concessionnaires. Pour des remises de 15 à 20%, privilégiez les véhicules neufs en fin de parcours (Peugeot 308 bientôt remplacé, Ford Fiesta, Renault Twingo 3 qui va être remplacé par la Renault Twin’z…). De nombreuses nouvelles voitures cru 2013 seront à des prix bradés jusqu’à la fin de l’année. Sur Internet, les remises peuvent atteindre 35% sur certains modèles neufs.
graphe

 

Voitures d’occasion : 4000€ seulement pour une Peugeot 207 dernier cri

Les ventes de véhicules d’occasion ont baissé tout comme leurs cousines les voitures neuves. Du coup, les prix sont là aussi en chute libre. Prenons l’exemple d’une Peugeot 207 de 2011 et de 120 000 kilomètres, moteur diesel : 4000€ sur Leboncoin.fr ! A titre de comparaison, la même voiture d’occasion deux ans plus tôt se serait vendue autour de 6000€.

Avec le même kilométrage, le même moteur et la même année, on peut désormais trouver des BMW Série 1 a environ 10 000 €uro.

C’est donc l’ »occasion » sans mauvais jeu de mots de débusquer les bonnes affaires. Comment expliquer pour autant un repli du marché de l’occasion ? « C’est un changement de tendance et un indicateur de plus qui confirme l’extrême attentisme des acheteurs, explique Flavien Neuvy, à l’observatoire Cetelem de l’automobile. Vu le climat économique, ils font durer jusqu’au bout leur véhicule et ne le remplacent qu’en cas de force majeure, même pour de l’occasion. »

Attendre jusqu’au bout avant de changer sa voiture, une mouvance qui prend de l’ampleur.

Que vous soyez adeptes des voitures d’occasion ou des voitures neuves, la crise peut sûrement vous aider à trouver de bonnes affaires. A vous de jouer !

Comments

  1. Estelle says

    Perso, si je devais choisir, j’opterais pour une voiture d’occasion. Je trouve que cela ne vaut vraiment plus la peine de trop investir dans une bagnole. Je partage parfaitement le même avis que vous : une voiture doit « être fonctionnelle avant de véhiculer du rêve ».

    • Rébecca Khapeo says

      Tout à fait d’accord, d’autant plus que les affaires se multiplient par les temps qui courent. Il est très facile de trouver un voiture d’occasion impeccable et, de fait, beaucoup moins chère qu’une voiture neuve. Et puis, quand on sait qu’une voiture neuve perd un très gros pourcentage de sa valeur au moment même où elle passe le pas de la concession auto… ça réfreine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *